Lettre de licenciement

Protection de la femme enceinte et envoi du certificat de grossesse à son employeur

Quand un employeur licencie une salariée et qu’il apprend dans les 15 jours de l’envoi de la lettre de licenciement qu’elle est enceinte, le licenciement est annulé.

La salariée doit donc réintégrer l’entreprise.

Encore faut-il que la salariée envoie ou remette à son employeur le certificat médical de grossesse et qu’elle puisse le prouver.

Une simple information verbale ne suffit pas.

Si la salariée n’est pas réintégrée, elle peut saisir le conseil de prud’hommes pour soit demander sa réintégration soit demander des dommages-intérêts pour nullité du licenciement, montant ne pouvant être inférieur à six mois de salaire brut.

Rupture conventionnelle : si simple que ça?

Rupture conventionnelle : si simple que ça ?   Dans un arrêt du 3 juillet 2019, la Cour de cassation rappelle l’importance de bien respecter les formalités au moment de la conclusion d’une convention de rupture conventionnelle. En effet, tous les exemplaires de...

lire plus
Page 1 sur 712345Dernière page »

RESTEZ INFORMÉS

La loi évoluant en permanence, il est toujours difficile de rester informé de chaque nouveau texte et de ses répercutions. Tous les trimestres, grâce à mes NEWS RH, vous recevrez un condensé des actualités marquantes du droit du travail et de la sécurité sociale qui peuvent impacter votre quotidien professionnel.

Merci, vous êtes désormais inscrit à notre liste, et recevrez les prochaines NEWS RH.

Pin It on Pinterest

Share This