Lettre de licenciement

Comment le chômage partiel va-t-il être contrôlé ?

Le ministère du travail a publié un communiqué de presse le 13 mai 2020 détaillant son plan de contrôle relatif à l’activité partielle, également appelé « chômage partiel ».

Compte tenu de l’importance du soutien financier apporté par les pouvoirs publics aux entreprises et aux salariés, le gouvernement a souhaité renforcer le contrôle sur les demandes d’activité partielle.

Une instruction a été adressée par le ministère du travail aux Direcctes (« inspections du travail » de chaque région) afin de leur présenter les objectifs du plan de contrôle qu’elles auront à mettre en œuvre dans leur territoire.

Les Direcctes devront distinguer entre les entreprises qui, de bonne foi, on fait des erreurs lorsqu’elles ont renseigné leur demande d’indemnisation de celles qui ont véritablement fraudé.

Pour les entreprises ayant commis des erreurs, la Direccte devra engager un dialogue avec l’entreprise pour régulariser la situation à l’amiable en demandant à l’entreprise de reconnaître son erreur et de la corriger (le fameux « droit à l’erreur »).

 La situation financière de l’entreprise sera prise en compte dans les modalités de remboursement des sommes dues et des solutions d’accompagnement pourront être proposées.

Par contre, dans les cas de fraude avérée, non seulement l’entreprise risque des sanctions pénales (infraction de fraude 2 ans d’emprisonnement pour le chef d’entreprise et 30 000 € d’amende et/ou de travail dissimulé 3 ans d’emprisonnement et une amende de 45 000 €), mais également des sanctions administratives à savoir le remboursement des aides et l’exclusion du bénéfice des aides jusqu’à 5 ans, et pas seulement les aides relatives à l’activité partielle mais également toutes les aides octroyées en matière de réduction générale des cotisations sociales, anciennement dénommé « réduction Fillon ».

La notion de fraude se posera réellement pour les salariés mis en activité partielle (suspension totale d’activité) et à qui il a été demandé en parallèle de télétravailler ou dans l’hypothèse des demandes de remboursement intentionnellement majorées par rapport au montant des salaires effectivement payés.

Pour éviter ou limiter les sanctions, il conviendra donc d’être particulièrement vigilant pour les entreprises concernées et ne pas hésiter à se faire assister lors du contrôle.

 

 

 

Peut-on licencier un salarié pour cause de Covid 19?

Peut-on licencier un salarié pour cause de Covid 19 ?   Une entreprise qui a subi une perte importante de son chiffre d’affaires peut-elle envisager de licencier un ou plusieurs salariés pour cause de crise sanitaire et de baisse correspondant du chiffre d’affaires ?...

lire plus
Page 1 sur 912345Dernière page »

RESTEZ INFORMÉS

La loi évoluant en permanence, il est toujours difficile de rester informé de chaque nouveau texte et de ses répercutions. Tous les trimestres, grâce à mes NEWS RH, vous recevrez un condensé des actualités marquantes du droit du travail et de la sécurité sociale qui peuvent impacter votre quotidien professionnel.

Merci, vous êtes désormais inscrit à notre liste, et recevrez les prochaines NEWS RH.

Pin It on Pinterest

Share This